ARK NETWORK reference.ch · populus.ch    
 
  
E.C.U.s des villes 
 
 
Rubriques

Liens

 Home  | Livre d'Or  | Album-Photo  | Contact

l'ECU de la duperie... ou des tromperies

Savinien de Cyrano est né à Paris en 1620, il a grandi dans la vallée de Chevreuse (actuelles Yvelines) sur des terres que son grand-père, marchand de poissons, avaient acquises. C'étaient les fiefs de Mauvières et Sousforest : ce dernier était aussi appelé "Bergerac" car son précédent propriétaire avait un aïeul qui s'était battu là-bas contre les anglais. 
 
1ère tromperie : Cyrano de Bergerac, nom de plume... et d'épée 
 
Après la vente des ces terres la famille rentre à Paris et Savinien de Cyrano rajoute à son nom celui de "Bergerac". Par nostalgie, ou par dépit de cette vente, ou par défi (il n'avait plus droit à ce nom)? On ne sait pas mais on présume que c'est aussi pour pouvoir rentrer chez les mousquetaires du roi, dans le fameux corps des "cadets de Gascogne" grâce à un nom fleurant bon le terroir! 
En tout cas, il signa beaucoup de ses écrits sous ce nom, par la suite. 
 
 
2nde tromperie : Bergerac (dans le Sud-Ouest) la ville de Cyrano 
 
... ou comment faire d'un titi, un enfant du pays. C'est évidemment la pièce d'Edmond Rostand, au titre éponyme, qui rendit à nouveau célèbre "Cyrano de Bergerac" à notre époque. La pièce a eu un tel succès qu'elle est connue partout dans le monde et a donné lieu à des films, des romans, des dessins-animés, des bandes dessinées, etc... 
Et la ville de Bergerac, grosse bourgade (sans charmes?) de Dordogne, a flairé la bonne affaire en remplissant les parcs de statues de Cyrano, en lui offrant des rues, ... et même carrément en le prenant pour enseigne à l'Office de Tourisme! 
 
La preuve de cette supercherie, vous l'avez avec cet ECU temporaire : 
 
 
 
1 ECU de Bergerac 
 
 
 
 
 
Où l'on voit Cyrano (qui, rappelons-le ne s'appelait pas "de Bergerac") se promenant, nez au vent, dans les rues de cette ville où il n'est jamais allé. Derrière lui, l'hôtel Peyrarède (actuel musée du tabac), qu'il n'a donc jamais connu. 
 
 
 
 
 
Les auteurs de cette mystification signent leur oeuvre, puisque manifestement le piège à gogos est une spécialité locale. En effet, il y a une bonne vingtaine de commerçants qui ont incorporé le pauvre Cyrano à leur devanture : du style "la table de Cyrano", "le pressing Cyrano"... 
 
Enfin, bref si vous voulez marcher sur les traces de Savinien de Cyrano de Bergerac, n'allez pas dans cette ville mais plutôt à Paris près de l'église Saint-Eustache ou dans les Yvelines à Saint-Forget. 
A Bergerac, nul musée consacré au grand homme mais comme dans beaucoup de villes méridionales attrape-touristes, un ou deux musées traitant d'art moderne et une ribambelle d'échoppes de frippes et autres bibeloteries de mauvais aloi. 
 
 
Donc pour plus de renseignements sur la (courte) vie de Cyrano de Bergerac, je vous conseille le merveilleux site suivant : 
http://www.levraicyrano.fr 
 
 
Pour s'amuser à découvrir tous les commerçants bergeracois qui ont "usurpé" le nom de l'écrivain : 
http://www.pagesjaunes.fr 
à "Qui?", vous tapez "Cyrano" ; à "Où?", vous écrivez "Bergerac", et comme vous savez la vérité, vous pourrez rire sous cape (comme Cyrano).

 

(c) Philippe Mazel - Créé à l'aide de Populus.
Modifié en dernier lieu le 21.07.2006
- Déjà 5423 visites sur ce site!